RETOUR

 



XI - COLON - APPENDICE - RECTUM ET CANAL ANAL

XI - 1 COLON

XI - 2 APPENDICE

XI - 3 CANAL ANAL ET RECTUM









 



 

XI-1 COLON

 

Une diffŽrence anatomique entre le c™lon et le reste du tube digestif rŽside dans la disposition de la couche musculaire longitudinale externe qui, au lieu d'tre rŽpartie de faon homogne sur la surface de l'organe, se concentre entre trois bandes longitudinales, les taenia-coli. La fonction motrice colique est essentiellement une fonction de stockage. L'activitŽ de base du c™lon se traduit par un mouvement segmentaire lent inconstant et non propulsif qui permet le brassage et la dŽshydratation sur place du contenu intraluminal.

Sur le plan histologique, la muqueuse colique est apparentŽe ˆ celle de l'intestin grle . Toutefois, si les glandes de LieberkŸhn persistent, les villositŽs intestinales ont disparu. Les cellules de Paneth sont absentes, les cellules caliciformes sont au contraire plus nombreuses.

Les entŽrocytes possdent une bordure en brosse apexienne mais l'Žquipement enzymatique membranaire est moins complet, expliquant le r™le restreint de l'organe dans la digestion et l'absorption des nutriments. De ce fait, la digestion colique est exclusivement assurŽe par la flore bactŽrienne qui, par des phŽnomnes de fermentation et de putrŽfaction, assure la dŽgradation de rŽsidus alimentaires ayant ŽchappŽ ˆ la digestion et aboutit ˆ la constitution d'une selle normale.

Par contre, lÕentŽrocyte colique et sa bordure en brosse sont hautement spŽcialisŽs dans la rŽabsoption active de lÕeau Le c™lon reoit environ 1 500 ml d'eau par 24 h et en absorbe plus de 90% au niveau du c™lon droit et du transverse. Cette absorption est liŽe au transfert actif du Na par un transporteur spŽcifique couplŽ ˆ lÕATPase Na+, K+ de la membrane baso-latŽrale. Le mŽcanisme est contr™lŽ ˆ la fois par les sels biliaires, mais aussi par certaines hormones du systme endocrinien diffus gastro-intestinal (voir paragraphes antŽrieurs), ainsi que par certains acides gras hydroxylŽs et des acides gras volatils contenus dans les feces.

RETOUR

XI-2 APPENDICE

 

Il sÕagit dÕune structure colique modifiŽe avec une lumire Žtroite contenant des dŽbris alimentaires,  des glandes de lieberkhŸn atrophiŽes, une muscularis mucosae discontinue car rompue par une prolifŽration lympho•de trs importante, avec des ilots lympho•des qui envahissent ˆ la fois la muqueuse et la sous muqueuse.

Les cellules entŽrocytaires de lՎpithŽlium  sont banales ; les cellules muqueuses Žgalement. Par ailleurs les cellules endocrines diffuses, de type EC, sont trs nombreuses. LÕappendice constitue un vŽritable ÒrŽservoirÓ ˆ sŽrotonine sans quÕil y ait dÕexplication ˆ ce constat morphologique.




 




RETOUR



XI-3 CANAL ANAL ET RECTUM                 

 

Dans cette zone le canal anal fait suite ˆ lÕampoule rectale au niveau de la valvule de Morgagni (voir anatomie)

La muqueuse de lÕampoule rectale est identique ˆ celle du colon.

Au niveau du canal anal on distingue

- une zone ano-rectale, constituŽe dÕune muqueuse de type malpighien non kŽratinisŽ, similaire ˆ celle observŽe au niveau de la cavitŽ buccale ou de lÕoesophage.

- une zone ano-cutanŽe correspondant ˆ une peau glabre (voir Žgalement le premier chapitre)  qui se prolongera par la peau pilo-sŽbacŽe de la marge de lÕanus.

 

Comme aux Žtages supŽrieurs, les transitions sont brutales, en quelques cellules le long de la lame basale, aussi bien pour la transition ano-rectale, que pour la transition non-KŽratinisŽ/KŽratinisŽ au niveau de lÕanus

 

Signalons Žgalement la disparition de la muscularis mucosae. ˆ lÕapproche de la zone anale. Dans cette zone se trouve Žgalement le plexus des veines hŽmorro•daires, gŽnŽratrices des ÒhŽmorro•desÓ au plan pathologique. On observe aussi  frŽquemment des infiltrats lympho•des.

Par ailleurs, la circulaire interne se prolonge par le sphincter lisse de lÕanus. Le sphincter striŽ (volontaire) est plus superficiel.



RETOUR