RETOUR

HISTOLOGIE MORPHOFONCTIONNELLE
DES EPITHELIUMS
-
- L'EXEMPLE DE L'APPAREIL DIGESTIF -
(Actualisation : février 2010)

I - AVANT PROPOS
II - OBJECTIFS
III APPAREIL DIGESTIF : NOTIONS GÉNÉRALES

IV BOUCHE ET CAVITÉ BUCCALE
V GLANDES SALIVAIRES
VI TUBE DIGESTIF : SCHÉMA GÉNÉRAL
VII OESOPHAGE
VIII ESTOMAC
IX PANCRÉAS
X INTESTIN GRÊLE
XI COLON et RECTUM

QUESTIONS DE RÉFLEXION
RÉPONSES À DES QUESTIONS PAR MAIL
Image de fond:
Bartholomeus Anglicus
Liber de proprietatibus rerum (env. 1230
)

Enluminure de l'édition de 1410

RETOUR



I - AVANT PROPOS


TOUT D'ABORD,

Nous vous invitons à réviser votre cours d'histologie générale. Il vous a permis de distinguer les 4 grands tissus fondamentaux, avec leurs diversités morphologiques et fonctionnelles.
Nous rappelons :
- que les cellules épithéliales sont strictement juxtaposées et unies par des systèmes de jonction (voir cours de biologie cellulaire). Cette cohésion permet aux tissus épithéliaux de limiter le corps, ou de border les cavités et les lumières des différents organes,
- qu'iI est classique de distinguer les épithéliums de revêtement et les épithéliums glandulaires (bien que de nombreux épithéliums de revêtement aient une fonction glandulaire),
- que tous les épithéliums sont en interrelations étroites avec le tissu conjonctif sous-jacent (chorion) par l'intermédiaire d'une lame basale (voir cours de biologie cellulaire). Le chorion sous jacent apporte vascularisation et innervation ; il est indispensable pour assurer la trophicité des épithéliums,
- que les épithéliums ont des origines multiples et peuvent se différencier indifféremment à partir des 3 feuillets embryonnaires primitifs (ecto-, ento- et mésoblaste)


MAIS SURTOUT,

il est essentiel de remarquer que les cellules épithéliales peuvent acquérir des diversités morpho-fonctionnelles loco-régionales considérables. De ce fait, ce sont les cellules épithéliales qui confèrent à un tissu composé, à un organe ou à un appareil, la majorité de ses caractéristiques cytophysiologiques spécifiques. Exemples :
- Les cellules épithéliales digestives vont assurer l'hydrolyse et/ou l'absorption des nutriments, en bout de compte sont majoritairement responsables de la digestion,
- Les différents néphrocytes seront responsables de l'élaboration de l'urine,
- Les épithéliums respiratoires sont essentiels pour les échanges gazeux,
- etc.

L'appareil digestif permet à lui seul d'aborder la presque totalité des aspects morphofonctionnels des épithéliums (les situations absentes peuvent être traitées par différence et/ou comparaison). C'est la raison de notre choix : l'étude du système digestif constitue un excellent lien vers l'histologie spéciale qui sera abordée en P2

RETOUR



II - LES OBJECTIFS

II-1 OBJECTIFS DE COMPETENCE ATTENDUS

A propos des épithéliums digestifs pris en exemple, il sera demandé à l'étudiant d'acquérir les objectifs de compétence suivants (les questions de réflexion en fin de document sont là pour aider à l'acquisition des objectifs spécifiques et/ou ciblés) :

EMBRYOLOGIE ET ORGANOGÉNÈSE :

- Comprendre les interactions entre les différentes ébauches primitives mettant en place les entités spécialisées :

Exemple de la dent.
Exemple de la glande hépatique


APPROCHE DE LA DIVERSITÉ MORPHOLOGIQUE :

- Etre capable de reconnaître les différents types d'épithéliums : de l'orifice buccal au rectum (+ glandes annexes)
- Etre capable de raisonner en diagnostic différentiel face à la diversité morphologique : similitudes et différences entre les étages de l'appareil digestif.
- Comprendre comment la structure peut déjà évoquer les fonctions spécialisées : adéquation entre l'histologie descriptive aux différents étages et la diversité des fonctions physiologiques de l'appareil digestif (qui seront également vues dans d'autres disciplines)
- Avoir intégré les rapports (et interactions potentielles) entre les revêtements épithéliaux digestifs luminaux et les autres composantes tissulaires de l'appareil digestif .

APPROCHE DE LA DIVERSITÉ FONCTIONNELLE :

Avoir parfaitement intégré la relation structure fonction au travers d'exemples signifiants, plus amplement développés :
- fonction de protection et de barrière : les dispositifs de jonction assurant la "barrière muqueuse"
- fonction d'échange et de transfert (ionique) : la cellule à HCl de l'estomac
- fonction de sécrétion : la cellule acineuse pancréatique et autres cellules comparables
- fonctions d'absorption : l'entérocyte de l'intestin grêle
- régulation paracrine : les cellules endocrines du tube digestif


II-1 OBJECTIFS SPECIFIQUES ATTENDUS

Ils sont inscrits dans chaque question de reflexion fournie en fin de document

RETOUR



III APPAREIL DIGESTIF : NOTIONS GÉNÉRALES

III-1 DEFINITION

 

L’appareil digestif est un structure très complexe dont il est bien difficile de fournir une définition anatomique simple.

Il vaut mieux aborder l’appareil digestif par sa réelle vocation fonctionnelle : il assure, en les contrôlant, les entrées métaboliques.

En ce sens on peut dire que le tube digestif constitue le tout premier maillon anabolique, en apportant les divers nutriments (macro et micro nutriments), l’eau et les électrolytes.

La digestion est un processus très complexe qui sous-tend de nombreuses fonctions.

Des fonctions purement digestives :

- hydrolyse alimentaire, chimique et enzymatique, grâce à différentes sécrétions,
- absorption des produits d’hydrolyse et des micro nutriments, etc.

Des fonctions associées :

- fonctions mécaniques : mastication,  motricité et péristaltisme, permettant la progression des ingesta dans le sens oral-aboral,

- fonctions de défense, car le tube digestif est largement ouvert vers le monde environnant,

- etc.

La multiplicité des fonctions explique la diversité des différentes parties de l’appareil digestif, même si le tube digestif répond à un schéma général retrouvé à tous ses étages


III-2 CONTENU PÉDAGOGIQUE DU DOCUMENT

 Il tient compte :

 

         - de la progression des ingesta alimentaires et de la différenciation embryonnaire

                                            sens oral > aboral,          sens cranio > caudal                 

         - de la relation structure-fonction, avec des exemples caractéristiques qui seront fournis

Le texte est volontairement réduit à l’essentiel. Inversement l’iconographie est exhaustive : l’histologie est une discipline morphologique, essentiellement descriptive. L’étudiant doit donc donc s’habituer à exercer sa mémoire visuelle. Dans la plupart des situations, l’essentiel du savoir est contenu dans l’image. Le texte a très souvent valeur de légende. Il ne sert que de guide à une mémorisation visuelle des schémas et images

RETOUR





(depuis le 20 avril 2002)

RETOUR