RETOUR

DONNEES GÉNÉRALES SUR LE VIEILLISSEMENT

- DONNÉES DEMOGRAPHIQUES ET STATISTIQUES
- INFORMATIONS SOCIALES ET RELATIONNELLES
- DONNES SANITAIRES DE BASE
- DONNÉES ÉCONOMIQUES
- DONNÉES CULTURELLES
- DONNÉES ENVIRONNEMENTALES


PLAN

I - DESCRIPTIF DE LA POPULATION MONDIALE ET FRANCAISE

VIEILLISSEMENT DEMOGRAPHIQUE MONDIAL

LA TRANSITION DÉMOGRAPHIQUE

VIEILLISSEMENT DE LA POPULATION FRANCAISE

BAISSE DE LA FECONDITÉ ET DE LA MORTALITÉ

VIEILLISSEMENT ET SEXE

VIEILLISSEMENT EN FRANCE : CONTRASTES GEOGRAPHIQUES

RECUL DU VEUVAGE

L'ISOLEMENT RESTE CEPENDANT CROISSANT CHEZ LES PERSONNES TRES AGEES

DIMINUTION DE LA COHABITATION INTER-GENERATIONS

VIE EN INSTITUTION

INCIDENCE DU VIEILLISSEMENT SUR LA COVITALITE DES GENERATIONS

INCIDENCE DU VIEILLISSEMENT SUR LES RELATIONS FAMILIALES : LE RISQUE D'EXCLUSION DES PA

 

II - VIEILLISSEMENT : ANALYSE FACTORIELLE DE LA MORBIDITE

MORBIDITE : définitions

MORBIDITE CHEZ LA PERSONNE AGEE

POLYPATHOLOGIE CHRONIQUE

MALADIES AIGUES

ESPERANCE DE VIE

LE PARADOXE

SURMORTALITE MASCULINE

CAUSES DE DECES ET AVANCE EN AGE

INEGALITE SOCIALE DEVANT LA MORT

III - VIEILLISSEMENT : ANALYSE QUALITATIVE

ALLONGEMENT DE LA VIE ET QUALITE DE VIE

ESPERANCE DE VIE , VIEILLISSEMENT EN BONNE SANTE, SANS INCAPACITE (vieillissement avec succès)

VALIDITE DE L'ANALYSE

PERSONNES AGEES : PERCEPTION DE LEUR PROPRE SANTE

 

IV - VIEILLISSEMENT : REPONSES MEDICO SOCIALES (non réactualisé)

SOUTIEN A DOMICILE: Aide Ménagère, Service Soins Infirmiers à Domicile, Autres services

INSTITUTIONS

AUTRES SERVICES SOCIAUX


V - VIEILLISSEMENT : ASPECTS FINANCIERS DE LA PRISE EN CHARGE (non réactualisé)

AIDE AUX PERSONNES AGEES
Aide sociale à l’hébergement
Aide à domicile
Allocation compensatoire
Aide au logement, exonérations diverses


SERVICES DE SANTE :

Soins à domicile, hospitalisation,
hébergements et SCM


SERVICES SOCIAUX pour PERSONNES AGEES :

aide ménagère,
garde à domicile,
télésurveillance, autres services, ...


COUT ET FINANCEMENT DE LA DEPENDANCE

- Evolution des coûts
- Fond National de Solidarité
- PSD, APA, Plans expérimentaux
- Soutiens bénévoles et professionnalisés : Quel équilibre ?


REVENUS DES PERSONNES AGEES

MAITRISE DES DEPENSES DE RETRAITE Perspectives, innovations, adaptations

MAITRISE DE LA CONSOMMATION MEDICALE ET PHARMACEUTIQUE


VI - VIEILLISSEMENT DE LA POPULATION : LE POIDS ECONOMIQUE DES SENIORS

UN AVEUGLEMENT SURPRENANT

UNE AUTRE IMAGE DES SENIORS

LES SENIORS, IMPORTANTS CONSOMMATEURS

 

VII - VIEILLISSEMENT : ARCHITECTURE ET URBANISME

I - SOUHAITS DES PERSONNES AGEES EN MATIERE DE LOGEMENT ET D'URBANISME

II - LES ESPACES DE SOLIDARITE

II-1 ESPACE URBAIN

II-2 ESPACE RURAL

III - ARCHITECTURE POUR LES PERSONNES AGEES ; DOMOTIQUE

 

VIII - PERSONNES AGEES : LOISIRS ET CULTURE

RETOUR



VIEILLISSEMENT DEMOGRAPHIQUE

DESCRIPTIF MONDIAL
ET
DE LA POPULATION
FRANCAISE






VIEILLISSEMENT DEMOGRAPHIQUE MONDIAL
















 

RETOUR


LA TRANSITION DÉMOGRAPHIQUE

Travaux de Adolphe Landry et Alfred Sauvy (1950)


La population mondiale a toujours augmenté

2,5 milliards dans les années 1930,
5 milliards en 1980,
6 milliards en l'an 2000.
Croissance par palier.



Cette évolution démographique est reliée à 4 variables :

Taux de natalité
Taux de mortalité infantile
Taux de mortalité
Espérance de vie

Depuis 1970 : évolution +++ des 4 paramètres > transition démographique.

Définition de la transition démographique

= passage d'un régime démographique traditionnel     (fécondité et mortalité élevées)

à un régime démographique moderne
    (fécondité et mortalité faibles).

Chronologie de la transition démographique

 

Plusieurs phases :

* phase pré-transitoire = régime démographique traditionnel.

Forte natalité + Forte mortalité
= Stabilité/Croissance lente de la population
> équilibre


* le régime transitoire > déséquilibre


Phase 1 :
Forte natalité + Baisse de la mortalité
= Augmentation importante de la population


Phase 2 :

Diminution de natalité + Baisse de la mortalité
= Augmentation relative de la population qui vieillit +++

 

* le régime post-transitoire.

Faible natalité + Faible mortalité
= Stabilité/Croissance lente de la population
> équilibre





VIEILLISSEMENT GLOBAL DE LA POPULATION FRANCAISE








 

1960

1990

2020

>60 ans

17%

20%

30%

>75 ans

4%

7%

10%

>85 ans

1%

1,8%

3%

 

FECONDITE ET MORTALITE

Cause 1 : Baisse de la fécondité

au XVIIIeme siècle --> 5,4 enfants/femme
si ce taux s'était maintenu --> 1,5 milliard de français en l’an 2000 !


Cause 2 :
Baisse de la mortalité

Résultante :

diminution des actifs
augmentation des retraités +++
- par augmentation de l’accès à la retraite
- par augmentation de la durée de vie


Mais le vieillissement de la population est désormais sensible uniquement pour les tranches d’âge très avancées.

Ce sont les effectifs les plus agés qui progressent le plus.

Baisse de la mortalité au grand âge (va encore progresser)

--> augmentaion +++ des très âgés parmi les aînés : les « OLDEST OLD »


Illustration typique : chez les femmes de 80 ans l’espérance de vie a doublé en 60 ans.

VIEILLISSEMENT ET SEXE :

Evolution plus favorable de la mortalité chez la femme

Mais tendance actuelle à une équilibration qui demandera du temps :
l’égalisation n’est sensible que pour les tranches d’âges les plus jeunes dans les projections.

VIEILLISSEMENT EN FRANCE : CONTRASTES GEOGRAPHIQUES



 


RECUL DU VEUVAGE

Avec une forte disparité homme / femme

Rapport Marié(e)/Veuf(ve) après 60 ans
Hommes : x 6,7
Femmes : x 2


Mais le veuvage est en nette régression chez la femme
(car gain de mortalité au grand âge prévalent chez l’homme)



L’ISOLEMENT RESTE CEPENDANT CROISSANT CHEZ LES PERSONNES TRES AGEES


- Surtout chez les femmes (x 2,5 par rapport aux hommes)

- Surtout dans le Nord et Nord Est.
Isolement minimal dans le Sud Ouest


DIMINUTION +++ DE LA COHABITATION INTER-GENERATIONS

Cohabitation

1962 --> 22 %
1975 --> 16 %
1982 --> 13 %


Déterminants de la distance résidentielle :

- amélioration de l’état sanitaire
- amélioration des ressources financières
- amélioration des conditions environnementales de vie
- développement du MAD
- modernisation des logements

Le désir d’indépendance (non-cohabitation) est plus marqué chez les PA que chez les jeunes.

VIE EN INSTITUTION

Devient l’apanage des oldest old et du handicap lourd

60 % > 80 ans en 1982
70 % > 80 ans en 1992
80 % > 85 ans en 2000


INCIDENCE DU VIEILLISSEMENT SUR LA COVITALITE DES GENERATIONS

Notion de TETE ou PIVOT de famille

Exemple d’analyse : familles à 4 générations
  • Les femmes de 50 ans sont de plus en plus pivot de famille...
  • Dans le futur : l’augmentation de l’âge pour première naissance --> baisse des familles à 4 générations . Une chance ? des risques ?

 


INCIDENCE DU VIEILLISSEMENT SUR LES RELATIONS FAMILIALES : LE RISQUE D’EXCLUSION DES PA


 






RETOUR




VIEILLISSEMENT :

ANALYSE

FACTORIELLE DE LA MORBI
IDITE



MORBIDITE

Définition = pourcentage

- de malades
- de cas de maladies,
dans une population donnée à un instant t


Distinguer :

Morbidité diagnostiquée
Morbidité déclarée ==> Morbidité réelle
Morbidité infra clinique



En fonction de la variable temps :

Morbidité prévalente = Nombre de cas totaux (nouveaux + anciens)

Morbidité incidente = Nouveaux cas pendant une période donnée dans une population déterminée


MORBIDITE CHEZ LA PERSONNE AGEE

POLYPATHOLOGIE CHRONIQUE

Plus marquée chez la femme

Plus d’une maladie chronique / personne (avec HTA comme dominante)

Mais également :
L’arthrose domine le tableau ostéo-articulaire

Obésité : 1/3 des femmes > 65 ans
1/4 des hommes > 65 ans

Diabète : x 4

Hyperuricémie : x 6

Pathologie intestinale : +++

Surdité, Myopie, Cataracte,

Insomnie, Anxiété, Dépression : 50% des femme de plus de 65a
1/3 des hommes de plus de 65a




 

MALADIES AIGUES


Une relative constance après la première enfance

Avec légère augmentation de l’incidence après 65 ans, surtout chez les femmes

Avec dominance des pathologies
ORL
Respiratoires
Infectieuses


Les traumatismes :

- Maxi à 40 ans (accidents professionnels)

- Nouvelle augmentation après 80 ans
Traumatismes surtout superficiels
Néanmoins :
Fractures (fémur, poignets) :
1,8 % avant 80 ans
2,4 % après 80 ans (+35%)



NOTA :

Un exemple des différences entre morbidité déclarée et morbidité diagnostiquée : les troubles mentaux et les démences (DTA) sont très sûrement sous-évalués dans les statistiques sanitaires des PA.

 

ESPERANCE DE VIE

 

ESPÉRANCE DE VIE À LA NAISSANCE: (1997)

81,5 ans pour les femmes
73,3 ans pour les hommes
soit un Ę de 8 ans entre les sexes !!
= le plus élevé au monde (sauf pays de l’est soviétique)

En 2050 : 1/3 des français > 60 ans

Depuis 1970 : gain de 1 an / 4 ans

L’augmentation de l’espérance de vie,

est sensible depuis le XVIIIème siècle,
s’accroit en 1900,
pour exploser après 1980


ESPÉRANCE DE VIE À 60 ANS : (1997)

Une nette augmentation, seulement depuis 1970

L’espérance de vie au 3ème âge

- N’avait aucune influence avant 1980

- Désormais, en France, seule l'augmentation de l’espérance de vie après 60a augmente la durée moyenne de vie !!







LE PARADOXE

Le risque de mourir,

a moins diminué entre 60 et 75 ans qu’avant 60 ans (moins encore après 75 ans !)

Pourtant, la probabilité de rester en vie est plus grande

- entre 60 et 75 ans qu’avant 60 ans (depuis 1970),
- et encore plus entre 75 et 90 ans (depuis 1980) !!!
(relativité des tranches de vie)


Une explication simple : un asynchronisme évolutif de la morbidité

- il n’ya plus guère de variations avant 60 ans, alors que les gains sont +++ après 60 ans, et surtout chez les oldest old

Ce paradoxe tend à « galoper » depuis 1985.


SURMORTALITE MASCULINE ?

Mal expliquée

- Faible jusqu’à environ 1850

- Stabilisation depuis 1976

- Pas d’assise sociale démontrée

- Un fondement biologique, car sensible dès la naissance

- Plus grand accès volontaire des femmes aux soins, aux conseils de prévention ?

- Risques professionnels > chez les hommes

- Tabagisme, alcool, boulimie, sédentarité : plus important chez l’homme

- Automobile, SIDA, violence, drogue : plus important chez l’homme



CAUSES DE DECES et AVANCE EN AGE

Schématiquement :

jeunes = traumatismes
adultes = cancer
ages = maladies c.v.


Mais évolution + complexe et variant rapidement depuis 50 ans
(progrés médicaux, habitudes de vie, sida, etc.)


Le taux de K tend à baisser chez les hommes, alors qu’il ne connaît pas (ou peu) d’amélioration chez les femmes.

INEGALITE SOCIALE DEVANT LA MORT

Entre 60 et 75 ans chez les hommes :

- Risque décès maximal : emplois modestes, travail de force, forte mobilité.
- Risque décès minimal : cadres, professions libérales


Cause :

- Niveau socio culturel et mode de vie
- Pas le même revenu


Même profil chez les femmes mais avec une mortalité beaucoup plus basse

Paradoxe chez les femmes des classes sociales élevées : espérance de vie moindre                 

>>> ont fumé moins que les hommes, mais beaucoup plus qu’une ouvrière ou une commerçante ? (c'est une des hypothèses invoquées).

 




RETOUR


 

VIEILLISSEMENT : ANALYSE QUALITATIVE

ALLONGEMENT DE LA VIE ET QUALITE DE VIE ?

L’allongement ne se fait pas au détriment de la santé, avec une augmentation des incapacités

- qu’elles soient sévères (elles diminuent en %)
- ou modérées


Au contraire, l’espérance de vie en bonne santé progresse plus vite que l’espérance de vie totale, surtout chez l’homme.

Néanmoins, pour les > 65 ans

- les incapacités modérées augmentent chez les hommes
- la durée des incapacités sévères augmente chez les femmes, en valeurs absolues
 

Réduire le taux et le temps d’incapacité (sévère) est un enjeu de santé publique.


ESPERANCE DE VIE

- EN BONNE SANTE (vieillissement avec succès)
- SANS INCAPACITE

3 THÉORIES RELATIONNELLES ENTRE MORTALITÉ / DÉGRADATION DE LA SANTÉ :

- Théorie pandémique : relation directe avec troubles mentaux, maladies chroniques et incapacités.

- Théorie de la compression de morbidité
: l’allongement de la vie et la baisse de la mortalité s’accompagnent d’une amélioration de la morbidité avec diminution des incapacités.

- Théorie de l’équilibre dynamique : diminution (en %) de l’espérance de vie en santé avec augmentaion (au mieux stabilisation) de l’espérance de vie sans incapacité sévère au cours de l’avance en âge.


Actuellement, en France, la théorie de compression semble prévaloir.


Des analyses plus complexes dans différentes situations et différents pays font envisager une cascade chronologique dans le recul de la mortalité et la qualité de survie : Avec le progrès sanitaire et socio-économique, les sociétés passeraient par plusieurs stades successifs, correspondant aux différentes théories


1 - Recul des atteintes « pandémiques »

2 - Puis succès sur les formes d’incapacités les plus sévères
--> équilibre dynamique entre prévalence de l’incapacité et diminution de la sévèrité
(mais encore forte prévalence des incapacités modérées).

3 - Succès identique sur incapacité et mortalité --> compression absolue de l’incapacité et de la morbidité



VALIDITE DE L’ANALYSE ?

Bien percevoir les difficultés +++ d'interprétation, liées aux limites des outils et procédures :

- Traitement statistique

- Outils d’évaluation

- Pertinence des enquêtes


PERSONNES AGEES : PERCEPTION DE LEUR PROPRE SANTE

À partir d’un enquète réalisée par l’Université du 3eme âge (Toulouse)



- Plus une personne vieillit moins elle se sent en bonne santé par rapport aux autres personnes de son âge.

- Il n'y a pas de relation entre état de santé et nombre de consultations médicales



- Deux thèmes sont prioritaires pour le concept de bonne santé :

- faire ce que l’on veut
- prendre plaisir à vivre

Viennent ensuite

- vivre vieux
- ne pas souffrir
- ne pas consulter
- ne pas être malade



- Deux activités sont prioritaires pour le concept de bonne santé

- se déplacer dans son logement
- bien se nourrir

Viennent ensuite

- se déplacer hors du logement
- pouvoir travailler ou « bricoler »
- loin derrière : le sport




- Deux facteurs prioritaires sont considérés comme améliorant la santé

- une alimentation équilibrée
- limiter tabac et alcool

Viennent ensuite

- la recherche médicale (*)
- la baisse de la pollution
- le confort du logement
- les conditions de travail
(*) mais pas les médecins...

 



Plusieurs facteurs sociaux sont cités de façon significative comme négatifs sur la santé et dans l’ordre décroissant :

- le chômage (autant que chez les + jeunes)
- le manque d’argent
- l’insécurité
- l’absence de formation
- l’isolement par rapport aux enfants
- l’éloignement de centres d’activités
- vivre seul



En conclusion :

Pour le français âgé, être en bonne santé = avoir plaisir à vivre avec des logiques d’amélioration

- dans les habitudes de vie
- dans l’amélioration de l’environnement
- dans le maintien d’activités
- dans une croyance en la médecine et surtout dans sa recherche

 

RETOUR




VIEILLISSEMENT : LES REPONSES MEDICO-SOCIALES

Partie non actualisée

Voir d’autres cours, en particulier l’enseignement du Dr André Gary

 

SOUTIEN A DOMICILE

AIDE MENAGERE

- Seules 764 communes (sur 36000) ne possèdent pas ce service.

- La fonction d’Aide ménagère s’exerce surtout à temps partiel.
Pour 80000 aides ménagères recensées --> 40000 équivalent temps plein

- L’aide ménagère va à 98 % vers les personnes âgées dont les 4/5 vivent seules.

- En 10 ans (80 à 90)
+ 50 % des aides ménagères financées par CNAV
- 25 % des aides ménagères financées par l’Aide Sociale

- En 1990 : 500 000 personnes bénéficiaient de l’aide ménagère sur une base de 16 h/mois
= 11 % de la population > 78 ans
78 % des bénéficiaires sont des femmes


S.S.I.A.D. : Décret 448 de Mai 81, en application de la loi de juin 75

  • Prévenir, différer, raccourcir :
    • L’ hospitalisation
      L’entrée en établissements médico-sociaux
      L’entrée en longs séjours


  • Petites structures : en moyenne 6 soignants (3/4 AS, 1/4 Infirmier)


  • Concerne 0,5 % des personnes âgées > 65 ans à domicile ou logement foyer


  • Prise en charge moyenne 11 mois

mais 14 % prise en charge > 2 ans

  • SSIAD en association avec les autres intervenants du soutien à domicile.

==> notion +++ de coordination de proximité

  • 50 % de la clientèle a plus de 85 ans

4 à 5 h/jour en 8 à 9 visites
L’aide à la toilette demeure la prestation largement dominante (95 % des patients)


AUTRES SERVICES

Garde à domicile
Repas à domicile
Téléalarme
Auxiliaires de vie
Aide aux familles, etc.


INSTITUTIONS

 
  • En 1991 : 530000 personnes âgées

  • Personnel non sanitaire d’hébergement très variable selon l’établissement

Facteur 10 du logement foyer à la section LS ou MR d’un hôpital public

  • ==> Nécessité de repenser la gestion de prise en charge de la PA en perte d’autonomie
    - dans la chronologie du temps
    - dans son espace de vie (du MAD à l’hébergement)

  • idem pour personnel soignant

    Quota de 0,15 en hôpital public à 0,02 en logement foyer
    (info Min. Santé 1994)

 

AUTRES SERVICES SOCIAUX


Accueil de jour
Hôpital de jour
Hébergement temporaire
Accueil de voisinage et de quartier
Accueil familial, etc.

 

RETOUR








VIEILLISSEMENT : ASPECTS FINANCIERS DES PRISES EN CHARGE


Partie non actualisée

Voir d’autres cours, en particulier l’enseignement du Dr Jocelyne Saos et du Dr André Gary

 

1 - AIDE EN ESPECE AUX PERSONNES AGEES

Aide sociale à l’hébergement
Aide à domicile
Allocation compensatrice
Aide au logement + exonérations ...


2 - SERVICES DE SANTE

Soins à domicile
Hospitalisation
Hébergements et SCM


3 - SERVICES SOCIAUX POUR PERSONNES AGEES

Aide ménagère
Garde à domicile
Télésurveillance
Autres services de voisinage, etc.


==> LA COORDINATION

4 - COUT ET FINANCEMENT DE LA DEPENDANCE

- Evolution des coûts
- Fond National de Solidarité
- Plans expérimentaux
- Soutien bénévole et professionnalisé : équilibre ???
- la PSD et l’APA


5 - REVENUS DES PERSONNES AGEES

6 - MAITRISE DES DEPENSES DE RETRAITE

--> Perspectives
-->
Innovations, adaptations


7 - MAITRISE DE LA CONSOMMATION MEDICALE

RETOUR





VIEILLISSEMENT: LE POIDS ECONOMIQUE DES SENIORS


I - UN AVEUGLEMENT SURPRENANT DANS UN MONDE OU REGNE L’ECONOMIE DE MARCHE

- Revenu moyen d’un ménage retraité ==> 100000 F /an
- 8,5 millions de ménages retraités
!!! ==> 850 milliards de F / an : un des plus gros marché potentiel

- Pourtant 90 % des plans de Marketing restent ciblés sur la tranche 15-50 ans !


LES CAUSES :


II - UNE AUTRE IMAGE DES SENIORS



III - LES SENIORS SONT DE TRES IMPORTANTS CONSOMMATEURS

 










Avec une vision plus globale il est surprenant que dans l'économie de marché devenue dominante, bâtie sur la loi de l'offre et de la demande, le marché des personnes âgées soit mal gèré, avec un prévisionnel beaucoup trop occulté.

Il conviendrait de réfléchir au fait que la nouvelle démographie des pays occidentaux et avancés conduit à une économie dont le primum movens sera bati sur la satisfaction d'une demande imposée par la donne socio-démographique et sanitaire.


RETOUR




VIEILLISSEMENT : ARCHITECTURE ET URBANISME

 

I - SOUHAITS DES PERSONNES AGEES EN MATIERE DE LOGEMENT ET D’URBANISME

Enquète réalisée par l’Université du 3e âge (Toulouse)

a) Type de logement, localisation, environnement

- Logement indépendant des enfants, mais proche tout en étant à une certaine distance (!!!).
Même quartier plutôt que même immeuble


- Si handicap : préférence pour MAD

- Souhait très net (67 %) pour logement individuel avec services communs

- Souhait très net pour rester dans son logement (70 %)

- Mais 38 % souhaitent réduire la surface du logement et 50 % souhaitent mieux l’aménager


b) Aménagement intérieur

Insonorisation
Vue étendue
Température à 20°
Revêtements de sols en plastique
Couleurs préférées : blanc > bleu > jaune > vert > rouge > rose > marron > violet
Téléphone et télévigilance (oui à 85 %, mais pas plus de 100 F/mois)


c) Perception de la ville

- proche d’une rue passante mais dans une rue tranquille (!!!)

- davantage de rues piétonnes

- davantage d’espaces verts

- davantage de bancs, chaises, fauteuils dans les espaces verts, places publiques,
  centres commerciaux et rues piétonnes.

- goût +++ pour des repères familiers : cloches, carillons, marchands ambulants

- souhait de retrouver le marché traditionnel ; souhait de préserver l’existence des petits commerçants (sans pour cela s’opposer au supermarché)

- volonté de voir « enjolivé » l’espace public

- souhait de voir dans le quartier
- davantage d’enfants (pour 91 % des sondés)
- des adolescents (pour 79 % des sondés)


- trottoirs moins dangereux ; suppression des angulations, des marches trop hautes et caniveaux

II - LES ESPACES DE SOLIDARITE


Favoriser la prise en charge par les services médico-sociaux,
mais en stimulant les solidarités naturelles de similitude :
lien familial, aidant naturel ou d’affinité, etc

--> Conception d’un urbanisme spécifique. 2 entités assez différentes

- espace urbain de solidarité
- espace rural de solidarité


II-1 ESPACE URBAIN

BUTS :


MOYENS :




II-2 ESPACE RURAL :

Quelques exemples :


III - ARCHITECTURE POUR LES PERSONNES AGEES ; DOMOTIQUE

Voir les 5 pages suivantes...











RETOUR





VIEILLISSEMENT : PERSONNES AGEES, LOISIRS & CULTURE








RETOUR