RETOUR

BIOLOGIE DU DÉVELOPPEMENT (programme MSBM)

 

LE DÉTERMINISME PRÉCOCE

 

I- Contrôle génique du développement précoce des amphibiens

II- Données complémentaires récentes ; généralisations aux autres vertébrés

III- Analyse de 3 articles sur l'axialisation et le déterminisme D/G

IV- Contrôle hormonal du développement précoce chez les amphibiens





I LE CONTRÔLE GÈNIQUE DU DÉVELOPPEMENT PRÉCOCE DES AMPHIBIENS

1 DE L'OVOCYTE POLARISÉ À L'EXPRESSION DES PREMIERS GÈNES ZYGOTIQUES

2. L'INDUCTION MÉSODERMIQUE ET LA RÉGIONALISATION DORSO-VENTRALE DU MÉSODERME

3. INDUCTION NEURALE ET RÉGIONALISATION DES STRUCTURES NEURALES

4. CONCLUSION

 

 

RETOUR







1 DE L'OVOCYTE POLARISÉ À L'EXPRESSION
DES PREMIERS GÈNES ZYGOTIQUES


1-1 L'établissement précoce des axes de polarité

- La polarité (pôle animal/pôle végétatif) de l'ovocyte est établie lors de l'ovogenèse (fig1)

Une position excentrée du noyau
L'ovocyte I de xénope présent dans l'ovaire est naturellement bloqué au stade prophase de la première division méiotique. En effet, il est dépourvu d'activité MPF (M-phase promoting factor ; le MPF est un hétérodimère formé de la kinase Cdc2 et d'une cycline mitotique de type B ; voit cours PCEM-1). C'est seulement quelques heures avant la ponte que le MPF est activé sous l'influence de la progestérone, permettant alors la reprise de la méiose jusqu'au stade métaphase II.
Le volumineux noyau (ou vésicule germinative) de l'ovocyte I en croissance est situé près du futur pôle animal et il est le siège d'une intense activité de transcription (chromosomes en écouvillon).

Une répartition asymétrique du vitellus
L'ovocyte de xénope subit dans l'ovaire une importante phase de croissance au terme de laquelle il forme une volumineuse cellule (plus d'un millimètre de diamètre) dont le contenu cytoplasmique est hétérogène (œuf hétérolécithe). Cette hétérogénéité est due à une répartition inégale des produits élaborés pendant l'ovogenèse.
Le vitellus, composé de réserve dont l'origine est 'maternelle, s'accumule dans l'ovocyte au sein de vésicules membranaires, les plaquettes vitellines. Les plaquettes vitellines qui se forment sont de taille variable. Celles qui sont situés près de la membrane du futur pôle végétatif augmentent considérablement de taille par accumulation importante de vitellus, si bien que l'essentiel des réserves vitellines occupe finalement un seul hémisphère (hémisphère végétatif). L'autre moitié du volume ovocytaire (hémisphère animal) se trouve au contraire occupé par des granules vitellins de petite taille. L'ovocyte 1 présente donc au terme de la vitellogenèse un gradient décroissant de vitellus selon un axe pôle végétatif/pôle animal.

FIG 1


Une pigmentation asymétrique
Des granules pigmentaires contenant de la mélanine occupent la partie corticale du cytoplasme de l'hémisphère animal, alors que l'hémisphère végétatif reste dépourvu de pigmentation.
Notons qu'il existe aussi un gradient d'ARN ribosomaux (contenus dans les sous unités ribosomales) opposé à celui du vitellus.

La distribution polarisé de certains ARNm maternels
Des ARN messagers d'origine maternelle s'accumulent aussi pendant l'ovogenèse. Ainsi, l'ARNm Vg1, qui code une protéine apparenté au TGFß (transforming growth factor fi), est d'abord mis en réserve de manière uniforme dans l'ensemble du cytoplasme ovocytaire. Puis il subit une translocation qui met en jeu un «rail » de microtubules. Ce déplacement des ARNm Vg1 aboutit à restreindre leur localisation à la partie corticale du cytoplasme de l'hémisphère végétatif (fig. 1). Le maintien de cette distribution asymétrique fait intervenir un complexe protéique d'ancrage des ARNm Vg1 aux micro filaments d'actine du cortex végétatif D'autres ARNm maternels, tels que l'ARNm XWnt11 (codant une protéine de la famille Wnt) et l'ARNm Xcat2 (codant une protéine apparenté à Nanos de la drosophile) vont aussi occuper préférentiellement le pôle végétatif de l'ovocyte du xénope. En raison de la distribution asymétrique de certains ARNm maternels, les blastomères issus de la segmentation du zygote ne contiendront pas tous 1 a même information maternelle, ce qui contribue à leur détermination.
L'axe pôle animal/pôle végétatif est donc établi très tôt, et correspond approximativement à la future polarité antéropostérieure de l'embryon

La polarité dorso-ventrale est établie après la fécondation L'ovocyte II achève sa méiose
L'ovocyte Il de xénope émis lors de la ponte est bloqué en métaphase II. L'achèvement de la méiose nécessite une inactivation du MPF par dégradation de, sa sous unité cycline. Or l'ovocyte Il contient un facteur cytostatique (CSF = cytostatic factor) dont le produit du proto-oncogène c-mos est l'un des éléments. Ce facteur CSF empêche la reprise de la méiose en s'opposant à la dégradation des cyclines.

La fécondation provoque une entré de Ca2+ dans le cytoplasme de l'ovocyte II. La vague calcique qui se propage rapidement à partir du point de pénétration du spermatozoïde active une protéine kinase de type II dépendante de la calmoduline. Les facteurs MPF et CSF se trouvent alors inactivé et l'ovocyte II achève sa méiose (expulsion du second globule polaire).

Le zygote est le siège de la réaction corticale (ou rotation corticale) (fig.2)
La pénétration du spermatozoïde dans l'ovocyte provoque une réaction corticale caractérisée par la rotation de 30' du cytoplasme cortical par rapport au cytoplasme sous cortical. Ce mouvement, qui met en jeu le cytosquelette sous-membranaire, entraîne une redistribution des granules pigmentaires corticaux de l'hémisphère animal d'où résulte la formation d'une zone corticale plus claire appelé croissant gris (observable dans l'œuf de grenouille). Ce croissant dépigmenté présent à l'opposé du point de pénétration du spermatozoïde, correspond à la région dorsale du futur embryon. L'oeuf présente désormais un axe dorso-ventral qui va conditionner la suite du développement.
FIG 2


FIG 2b





La réaction corticale active des déterminants dorsaux dans la future région dorsale de l'embryon
La réaction corticale induit l'activation locale de déterminants dorsaux. Ainsi, elle provoquerait l'activation post-traductionnelle de la protéine Vg1 (probablement par l'intermédiaire d'une protéase) exclusivement dans la zone correspondant à la future région dorsale de l'embryon (fig.2). Notons que l'expression ectopique de cette protéine Vg1 mâture dans la région ventrale de l'œuf conduit à la «dorsalisation » de cette région.


1.2 La mise en route différée du génome zygotique

- Les gènes zygotiques ne sont pas exprimé lors des premières divisions de l'œuf
Le zygote subit d'abord un clivage (ou segmentation) caractérisé par une succession de cycles cellulaires très courts (35 minutes chez le xénope) dépourvus de phase G de croissance. Le blastocoele (cavité de la blastula), excentré vers le pôle animal, apparaît dès le stade 8 blastomères. Pendant cette période de cycles mitotiques très courts, aucune activité de transcription n'est décelable, si bien que les seules protéines produites sont issues de la traduction d'ARNm maternels. La grande réserve d'histones, présente au départ dans l'ovocyte, pourrait expliquer l'inhibition de la transcription des gènes zygotiques. De plus, la TBP (TATA-box-binding-protein) pourrait constituer un facteur limitant pendant les premiers stades du développement. En effet, la TBP joue un rôle essentiel dans l'initiation de la transcription et la seule addition de ce facteur dans des oeufs fécondés de xénope suffit à déclencher une importante transcription. Au stade 32 cellules chez le xénope et l'axolotl, une transcription de gènes zygotiques est observable, quoique extrêmement discrète.

- L'expression des gènes zygotiques est activé lors de la transition blastuléenne (fig.3) De façon brutale (à partir du douzième cycle chez le xénope), le rythme de division des blastomères devient plus lent (par apparition de phases G de croissance) et les cycles se désynchronisent : les blastomères de l'hémisphère végéatif, caractérisée par leur grande taille, se divisent plus lentement que les petits blastomères de l'hémisphère animal. Cette transition abrupte, qui apparaît au cours de la segmentation, est qualifié de transition blastuléenne ou mi-blastula (stade MBT : mid blastula transition). Elle coïncide avec une période d'activation transcriptionnelle majeure des gènes zygotiques.






FIG 3


RETOUR





2. L'INDUCTION MÉSODERMIQUE
ET LA RÉGIONALISATION
DORSO-VENTRALE DU MÉSODERME


2-1 Induction mésodermique et gènes codant des signaux inducteurs et modificateurs

- L'induction du mésoderme par les blastomères végétatifs
À la fin de la segmentation, les trois tissus embryonnaires (ectoderme, mésoderme et endoderme) sont déjà déterminés. Par la technique des marques colorés (utilisation de traceurs enzymatiques ou fluorescents), on peut repérer un feuillet ou un organe en fonction de son emplacement présomptif sur la blastula. Ainsi peut-on établir une carte des territoires présomptifs de la blastula (fig. 4). Les blastomères végétatifs de la blastula vont contribuer à la formation de l'endoderme, alors que les blastomères du pôle animal (ou calotte animale) vont former l'ectoderme.
La région moyenne de la blastula (ou zone marginale de la blastula) formant un anneau de part et d'autre du plan équatorial, et situé entre l'hémisphère animal et l'hémisphère végétatif, va former le mésoderme. La détermination du mésoderme est induite par les blastomères végétatifs (expérience de Nieuwkoop (1969) fig. 5). En effet, dès le stade 32 cellules, les blastomères végétatifs émettent des signaux induisants les cellules de la zone marginale en mésoderme les blastomères végétatifs dorsaux induisent du mésoderme à caractère dorsal, alors que les blastomères végétatifs ventraux et latéraux induisent du mésoderme à caractère ventral (fig. 6). Au stade 64 cellules, la greffe d'un blastomère végétatif dorsal à la place d'un blastomère ventral dans un embryon receveur entraîne la formation d'un axe embryonnaire surnuméraire en position ventrale. Les structures mésodermiques (corde, somites) entrant dans la constitution de cet axe proviennent exclusivement des cellules de la zone marginale dorsale de la blastula receveuse, et non du blastomère dorsal greffé (lequel contribue seulement à la formation de structures endodermiques dans l'embryon hôte).
Les blastomères dorsaux végétatifs du stade 64 cellules qui permettent la formation d'un axe embryonnaire dorsal en induisant les cellules de la zone marginale dorsale de la blastula (sans participer aux structures mésodermiques de cet axe) constituent le centre de Nieuwkoop, lieu d'émission des signaux inducteurs du mésoderme dorsal.

- Les signaux inducteurs
Des calottes animales prélevées au stade blastula et mises en culture en présence de facteurs de croissance de la famille du FGF (fibroblast growth factor) ou du TGFß se différencient en structures mésodermiques, ce qui fait de ces facteurs des signaux inducteurs potentiels.


FIG 4


FIG 5



FIG 6




Les membres de la famille multigénique du FGF induisent du mésoderme ventral in vitro. C'est par exemple le cas du FGF acide (FGFa) et du FGF basique (FGFb) qui sont codé par des ARNm maternels et sont exprimé dans les régions végétatives et équatoriales de l'œuf du xénope en cours de segmentation. Les récepteurs des FGF sont des récepteurs transmembranaires pou , pourvus d'un domaine cytoplasmique à activité tyrosine kinase impliqué dans la transduction du signal. Après fécondation, l'injection dans un œuf de xénope d'ARNm codant un récepteur des FGF délété de son domaine à activité kinase perturbe considérablement le développement du mésoderme, ce qui permet d'attribuer au FGF un; rôle in vivo dans l'induction du mésoderme. Cependant, le FGFb n'est pas un inducteur endogène car les cellules ne peuvent le sécréter. Le Xenopus FGF (Xe FGF) récemment identifié est un facteur sécrété(pourvu d'un peptide signal d'exocytose) codé par un ARNm maternel. Il pourrait être un inducteur mésodermique endogène, libéré par les blastomères végétatifs.

Les membres de la famille du TGFß peuvent induire du mésoderme dorsal in vitro. C'est le cas de la protéine Vg1, dont les ARNm maternels sont localisé dans le cortex de l'hémisphère végétatif de l'ovocyte mûr (fig. 1). Lors de la réaction corticale, l'activation de la protéine Vg1 dans la zone dorsale de l'œuf lui permettrait de participer à l'induction du mésoderme dorsal (fig. 2).
L'inducteur du mésoderme le plus efficace in vitro est l'Activine. Des calottes animales mises en culture en présence de fortes concentrations d'Activine se différencient en structures mésodermiques dorsales, alors qu'à plus faible concentration, l'Activine induit du mésoderme ventral (fig 6b). L'activine est donc une molécule inductrice dont les effets varient selon la concentration, ce qui lui permettrait d'agir comme un véritable morphogène. Les récepteurs de l'Activine sont des récepteurs membranaires possédant un domaine cytoplasmique à activité sérine/thréonine kinase impliqué dans la transduction du signal. Certains de ces récepteurs sont exprimé à partir d'ARNm maternels dans la blastula. L'injection dans l'œuf fécondé de xénope d'ARNm codant un récepteur de l'Activine délété de son domaine à activité kinase empêche la formation du mésoderme, ce qui permet d'attribuer à l'Activine un rôle in vivo dans l'induction du mésoderme.
Les signaux inducteurs (FGF, activine), produits par les blastomères végétatifs, agissent donc à distance sur des récepteurs membranaires à activité kinase présents dans les cellules de la zone marginale. Ventralement et latéralement, ces signaux induisent du mésoderme ventral (fig.7).

FIG 6b


FIG 6c


FIG 7


FIG7b



- Les signaux modificateurs
Des signaux modificateurs «dorsalisent » le mésoderme induit
L'injection d'ARNm activine dans un blastomère végétatif au stade précoce de la segmentation de l'œuf provoque la formation d'un second axe embryonnaire dépourvu des structures antérieures ce qui prouve que l'Activine ne mime pas la totalité de l'activité du centre de Nieuwkoop. Par contre, l'injection d'ARNm noggin ou d'ARNm de certains membres de la famille Wnt (Wnt1 de souris, XWnt1 de xénope et wingless de la drosophile) conduit à la formation d'un axe antéro-postéieur surnuméraire complet, sans que les cellules issues des divisions du blastomère injecté ne participent au mésoderme de ce second axe embryonnaire. Les gènes noggin et Wnt codent des protéines sécrétées qui miment donc l'activité du centre de Nieuwkoop (fig 7b). Ces protéines associées aux facteurs inducteurs (Activine/FGF) modifient le caractère dorso-ventral du mésoderme induit et participent ainsi à la régionalisation du mésoderme. Ainsi, le FGF seul induit in vitro la différenciation de la calotte animale en mésoderme ventral, mais il permet la formation de mésoderme dorsal si la calotte exprime artificiellement Xwnt8. Notons qu'aucun des gènes Wnt dont l'expression ectopique provoque la formation d'un axe embryonnaire surnuméraire complet n'est exprimé précocement dans les blastomères végétatifs de la jeune blastula. Le facteur modificateur endogène de la famille Wnt, qui reste à identifier, agirait sur un récepteur activable par toutes les protéines Wnt testés.
La protéine Noggin (exprimé très précocement à partir d'ARNm maternels) et un membre de la famille Wnt sont des signaux modificateurs issus du centre de Nieuwkoop et induisant, en synergie avec les signaux inducteurs (Activine/FGF), la formation du mésoderme dorsal (fig. 7).

Des signaux modificateurs «ventralisent » le mésoderme induit
Les blastomères végétatifs ventraux et latéraux émettraient également des signaux modificateurs ayant au contraire un effet «ventralisant » sur le mésoderme induit. Ainsi, BMP-4 (bone morphogenetic protein 4) est une protéine de la famille du TGFß, présente dès le stade zygote, et participant à la «ventralisation » du mésoderme induit.

2.2 Les premiers gènes exprimé par la zone marginale induite codent des facteurs de transcription

- Le gène X brachyury (Xbra) s'exprime dans toute la zone marginale induite (fig. 8) Le gène Xbra (homologue du gène brachyury de souris) est fortement exprimé dans l'ensemble de la zone marginale de la blastula tardive du xénope, sous l'influence des signaux inducteurs (FGF et Activine). Le produit du gène Xbra est impliqué dans la conversion des cellules ectodermiques de la zone marginale en mésoderme. Ainsi, l'injection d'ARNm Xbra dans la calotte animale ectodermique permet la formation de dérivés mésodermiques. Une expression du gène Xbra est nécessaire à la formation de certains dérivés mésodermiques, telles que la corde et la queue. En effet, la sur expression de ce gène par injection d'ARNm Xbra dans un œuf de xénope provoque non seulement une différenciation ectopique de mésoderme, mais également la formation d'une queue surnuméraire. La protéine codé par le gène Xbra est un facteur de transcription d'un type nouveau, capable d'activer la transcription d'autres gènes codant eux-mêmes des facteurs de transcription tel que le gène XHox3 spécifique de la région caudale.
FIG 8




- Des gènes à homéoboîte s'expriment dans la zone marginale dorsale (fig. 8)
L'action synergique des signaux inducteurs et modificateurs libéré par le centre de Nieuwkoop induit l'expression d e gènes spécifiques dans la zone marginale dorsale, notamment de gènes codant des facteurs de transcription à homéoboîte (goosecoïd, XLim-1, Xnot, pintallavis et X FKH-1).
En utilisant une sonde oligonucléotidique correspondant à la troisième hélice de l'homéoboîte du gène bicoïd de drosophile, des ARNm porteurs de ce motif ont pu être identifié dans la blastula du xénope. Le gène isolé par cette démarche fut baptisé goosecoïd car il. possède l'homéoboîte des gènes gooseberry et bicoïd de drosophile. Le gène goosecoïd est exprimé dans la zone marginale dorsale de la blastula sous l'influence de l'Activine et va participer (ainsi que le gène XLim-1) à la formation du mésoderme précordal al (partie la plus antérieure du mésoderme).
Le gène Xnot est exprimé sous l'influence de l'Activine et du FGF dans les cellules de la zone marginale dorsale qui vont former notamment la corde. La sur expression de ce gène dans la zone marginale dorsale entraîne une hypertrophie de la corde.
Les gènes X FKHI-1 et pentallavis sont d'abord exprimé dans les parties antérieures et moyennes de la zone marginale dorsale, puis sont fortement exprimé dans les cellules de la corde. Ces gènes codent des facteurs de transcription (avec domaine fork-head). Leur expression est induite par l'Activine.
L'expression de ces gènes à homéoboîte, induite par le centre de Nieuwkoop, va conférer à la zone marginale dorsale des propriété particulières. Cette zone de la blastula moyenne, constitué de cellules qui vont former les structures mésodermiques les plus dorsales, constitue l'organisateur de Spemann.

2.3 La régionalisation dorso-ventrale du mésoderme induit est réalisée au cours de la gastrulation

- Les mouvements morphogénétiques de la gastrulation (fig. 9)

La formation du blastopore
La gastrulation débute par l'apparition d'un petit sillon transversal situé au dessous de la zone marginale dorsale. Cette encoche blastoporale est le site d'initiation des mouvements d'invagination de la gastrulation. Ces mouvements, qui permettent à des territoires cellulaires qui recouvraient la blastula de s'engouffrer dans l'embryon, s'accompagnent de la différenciation de cellules en bouteille au fond de l'encoche blastoporale. Cette encoche va progressivement s'étendre pour former le blastopore circulaire qui va entourer le pôle végétatif . L'invagination de cellules est très prononcé au départ dans la région dorsale du blastopore (ou lèvre dorsale), puis s'étend aux lèvres latérales et à la lèvre ventrale du blastopore.


FIG 9




L'involution du mésoderme et l'invagination de l'endoderme
Les cellules du mésoderme dorsal présomptif (ou zone marginale dorsale, comprise entre la limite d'invagination et l'encoche blastoporale) subissent un mouvement d'extension convergence (par réagencement actif des cellules) vers le blastopore et pénètrent dans l'embryon. Le territoire mésodermique qui s'enfonce se réfléchit sur lui-même (mouvement d'involution) en s'enroulant autour de la lèvre dorsale du blastopore, si bien que le mésoderme invaginé s'étend sous la surface du mésoderme en cours d'involution. Les cellules du mésoderme vont ainsi migrer activement à la face inférieure des cellules ectodermiques du toit du blastocoele, en s'ancrant transitoirement au support matriciel (laminine, fibronectine) sécrété par les cellules ectodermiques. Les cellules mésodermiques présomptives qui migrent les premières (mésoderme précordal) vont participer à la constitution du mésoderme le plus antérieur, tandis que celles qui pénètrent les dernières dans l'embryon (mésoderme caudal) vont former les structures les plus postérieures. La polarité antéro-postérieure, préalablement déterminé par l'axe de polarité animal/végétatif de l'ovocyte, se trouve donc définitivement établie après la gastrulation.
La pénétration des cellules mésodermiques dans l'embryon entraîne aussi l'invagination des cellules endodermiques présomptives de l'hémisphère végétatif. Ainsi, l'ensemble de cellules invaginées va délimiter une nouvelle cavité (archentéron) dont le toit en position ventrale formera le mésoderme (précordal, cordal, somitique et caudal), et dont le plancher en position ventrale formera l'endoderme du tube digestif.

L'épibolie de l'ectoderme

Au cours de la gastrulation, l'ectoderme présomptif initialement présent au pôle animal de la blastula va s'étaler sur toute la surface de l'embryon, recouvrant le mésoderme et l'endoderme (mouvement d'épibolie), si bien qu'au stade gastrula âgée, l'embryon est totalement recouvert par l'ectoderme.

- L'expérience fondamentale de Spemann et Mangold (1924) (fig. 10)
La greffe d'une lèvre dorsale de blastopore d'une jeune gastrula de triton dans la zone marginale ventrale d'un embryon receveur au même stade conduit à l'apparition d'un second site d'invagination en position ventrale. Les mouvements morphogénétiques de la gastrulation initié dans ce site secondaire conduisent à la formation d'un second embryon complet (possédant notamment une corde dorsale, des somites et un tube neural) accolé par sa face ventrale à l'embryon receveur jumeaux siamois). Les dérivés du tissu greffé contribuent très peu à la formation du second embryon. Ainsi, la majeure partie du mésoderme somitique de l'embryon surnuméraire provient des cellules de l'hôte. On peut conclure de cette expérience historique que la zone marginale dorsale greffé est capable d'organiser à elle seule une région de la gastrula en un embryon complet, d'où le nom d'organisateur donné par Spemann à ce territoire. Notons que le tissu greffé a induit un territoire mésodermique ventral présomptif à participer à la construction de structures méodermiques dorsales. La zone marginale dorsale a donc «dorsalisé» le mésoderme ventral de l'hôte en mésoderme dorsal (somites). Cet effet «dorsalisant» de l'organisateur de Spemann est confirmé par les associations in vitro de zones marginales dorsales et ventrales (fig. 10b).

FIG. 10


FIG 10b



FIG 10c



FIG 10d



- Le gène goosecoïd joue un rôle déterminant dans l'activité de l'organisateur de Spemann
L'iinjection d'ARNm goosecoïd dans les blastomères végétatifs ventraux de la région équatoriale d'un embryon de xénope au stade 32 cellules permet la formation d'un axe embryonnaire surnuméraire. Les cellules filles des blastomères injecté participent à la formation des structures méodermiques dorsales de ce second axe. Les cellules injectés peuvent aussi recruter dans ces structures les cellules provenant des autres blastomères ventraux. Par contre, l'injection d'ARNm goosecoïd dans les blastomères dorsaux n'a aucun effet. Cette expérience a donc, mimé l'effet de la greffe de l'organisateur de Spemann.
L'expression ectopique de ce -gène dans des blastomères ventraux ou dorsaux conduit ces cellules embryonnaires à migrer activement vers la région antérieure de l'embryon lors des mouvements morphogénétiques de la gastrulation. Le gène goosecoïd confère donc aux groupements de cellules qui l'expriment une forte capacité migratoire. Ces cellules seront en effet les premières à migrer dans la jeune gastrula. Ce sont aussi les cellules qui vont migrer le plus loin à l'avant de l'axe antéro-postéieur pour former le mésoderme précordal.
L'existence d'un gradient décroissant dorso-ventral d'ARNm goosecoïd dans la zone marginale de la jeune gastrula traduit l'information de position préalablement délivrée par les blastomères végétatifs dorsaux de la blastula. Ce gradient d'expression du gène goosecoïd pourrait participer à la régionalisation du mésoderme.
L'expression de ce gène à homéoboîte apparaît donc déterminante dans l'acquisition des propriété de l'organisateur de Spemann. Cependant, la réalisation du patron mésodermique met aussi en jeu l'expression de gènes codant des facteurs diffusibles (noggin, Wnt8).

- Le gène noggin est impliqué dans l'activité«dorsalisante »de l'organisateur de Spemann (fig. 11)
Au stade blastula, nous avons vu que le produit de l'ARNm maternel noggin était un signal modificateur impliqué dans l'activité du centre de Nieuwkoop et «dorsalisant» la zone marginale dorsale (fig. 8). En réponse à l'induction mésodermique, l'organisateur de Spemann de la blastula âgée, puis de la gastrula, exprime le gène zygotique noggin (probablement sous l'influence de facteurs de transcription à homédomaine exprimé dans la zone marginale dorsale). Le gène noggin reste exprimé pendant la gastrulation dans les cellules du mésoderme présomptif dorsal qui vont constituer le mésoderme précordal et cordal. Des cellules de la zone marginale ventrale mises en culture en présence de la protéine Noggin purifiée se différencient en structures méodermiques de type dorsal. La protéine Noggin joue donc un rôle important dans les propriétés «dorsalisante» de l'organisateur de Spemann. Elle constitue un signal diffusible «dorsalisant» impliqué dans la régionalisation dorso-ventrale du mésoderme.


FIG 11




Le gène XWnt8 serait impliqué dans la «Centralisation »du mésoderme (fig. 11) Nous avons vu que l'expression ectopique de XWnt8 dans la jeune blastula pouvait mimer l'activité du centre de Nieuwkoop. Cependant, l'expression temporelle et spatiale de ce gène est incompatible avec la possibilité que la protéine XWnt8 soit un signal, endogène émis par les blastomères végétatifs dorsaux. En effet, XWnt8 est un gène zygotique qui ne s'exprime qu'à partir du stade blastula âgée, et son domaine d'expression recouvre la zone marginale latérale et ventrale de la jeune gastrula. Notons que la protéine XWnt8 est toujours absente des régions où s'exprime le gène goosecoïd. L'injection d'ARNm goosecoïd dans les blastomères ventraux empêche l'expression du gène Xwnt8. Au contraire, une injection dorsale d'ARNm XWnt8 entraîne une expression ectopique de la protéine XWnt8 dans la zone marginale dorsale, ce qui empêche la différenciation normale des cellules de l'organisateur de Spemann. Ces cellules devant normalement former le mésoderme précordal (ou mésenchyme céphalique) et la partie antérieure de la corde, cette expression ectopique de XWnt8 entraîne donc la formation d 'un axe embryonnaire caractérisé par une atrophie du mésenchyme céphalique et de la corde.
Le gène goosecoïd, dont l'expression précède celle de XWnt8, et qui s'exprime spécifiquement dans l'organisateur de Spemann, pourrait donc inhiber l'expression de XWnt8 dans la zone marginale dorsale. La protéine XWnt8 est un facteur diffusible qui pourrait atténuer la réponse des cellules de la zone marginale ventrale et latérale aux signaux «dorsalisants» (telle que la protéine Noggin) émis par l'organisateur de Spemann.

RETOUR




3. INDUCTION NEURALE ET RÉGIONALISATION DES STRUCTURES NEURALES


3.1 Le mésoderme dorsal induit l'ectoderme en tissu neural et contrôle la régionalisation des structures neurales induites (fig. 12a, b, c)

- La neurulation
La gastrulation est suivie par le processus de neurulation qui permet la formation du tube neural dorsal. La région dorsale de l'ectoderme de la gastrula âgée (ou neurectoderme) forme une plaque neurale délimité par des épaississements latéraux appelé bourrelets neuraux. La plaque neurale épaissie se creuse ensuite en gouttière neurale, tandis que les bourrelets neuraux se soulèvent, se rapprochent l'un de l'autre et fusionnent, isolant ainsi un tube neural clos. Ce tube dorsal va rapidement présenter une régionalisation antéro-postérieure : des renflements apparaissent dans sa partie antérieure pour former les vésicules céphaliques qui sont à l'origine du cerveau, en arrière de ces vésicules, le tube neural présente une structure homogène et formera la moelle épinière. Une régionalisation dorso-ventrale du tube neural apparaît ensuite (rhombomères : succession dorso-ventrale de plaques longitudinales, de la moelle épinière au mésencéphale).

- L'organisateur de Spemann est aussi un inducteur neural
Spemann et Mangold (1924) ont montré que la greffe de la lèvre dorsale du blastopore dans la partie ventrale d'une jeune gastrula conduisait à la formation d'un second axe embryonnaire complet contenant un tube neural parfaitement organisé Les cellules constituant le tube neural surnuméraire sont toutes issues de l'ectoderme ventral de l'hôte. Les cellules ectodermiques de la jeune gastrula ont donc été induites en cellules neurales par le mésoderme dorsal greffé

Les signaux verticaux induisent et régionalisent le neurectoderme présomptif : les expériences d'exogastrulation (Holtfreter, 1933)
L'oeuf fécondé de triton est placé dans une solution saline hypertonique, ce qui va empêcher tout mouvement d'invagination lors de la gastrulation. L'endoderme et le mésoderme se développent alors à l'extérieur de l'ectoderme (exogastrulation). Aucun tissu neural n'est alors formé à partir de cet ectoderme. Un contact entre le mésoderme et l'ectoderme est donc nécessaire à l'induction neurale.

La méthode du «sandwich» (Holtfreter, 1936)
Une lèvre dorsale du blastopore préalablement isolé est placé entre deux explants d'ectoderme d'une jeune gastrula. L'ectoderme se différencie soit en structures neurales antérieures si la lèvre dorsale provient d'une jeune gastrula, soit en. structures neurales postérieures si la lèvre dorsale provient d" une gastrula âgée.
FIG 12a


FIG 12b


FIG 12c



Les expériences de Mangold (1933)
Des bandes de mésoderme prélevées à différents niveaux dans le toit de l'archentéron d'une jeune neurula de triton sont greffés dans le blastocoele d'une jeune gastrula de façon à ce que le mésoderme greffé soit en contact avec l'ectoderme ventral de l'embryon receveur. Les larves formés présentent toutes un axe secondaire ne contenant qu'une partie des structures neurales. Si l'explant est prélevé dans la partie la plus antérieure du mésoderme invaginé(mésoderme précordal), l'axe secondaire qui se développe est dépourvu de structure neurale antérieure. Si l'explant est prélevé dans la partie la plus postérieure., du mésoderme invaginé (mésoderme caudal), les structures neurales de l'axe -secondaire sont exclusivement caudales.

Des expériences récentes confirment les résultats précédents. En effet, le blocage du processus d'involution des cellules mésodermiques au stade jeune gastrula conduit à une absence presque complète de structures neurales. Ce même blocage effectué au stade gastrula moyenne conduit à la formation d'un tube neural dépourvu seulement de structures postérieures.

La polarité antéro-postérieure du mésoderme dorsal inducteur est transmise au neurectoderme présomptif lors de la gastrulation
Les cellules du mésoderme dorsal qui migrent les premières vers le pôle animal lors de la gastrulation induisent donc l'ectoderme sus-jacent à former des structures neurales antérieures. Les cellules mésodermiques dorsales qui s'invaginent plus tardivement au cours de la gastrulation vont induire l'ectoderme sus-jacent à former des structures neurales plus postérieures. La régionalisation antéro-postérieure du neurectoderme présomptif s'établirait donc progressivement au cours de la gastrulation, mettant en jeu des signaux inducteurs verticaux (fig. 12c).

- Les signaux tangentiels induisent et régionalisent le neurectoderme présomptif
La mise en culture d'explants de jeune gastrula constitué exclusivement de lèvre dorsale du blastopore et de l'ectoderme dorsal permet l'obtention d'un tube neural présentant une régionalisation antéro-postérieure normale. L'induction et la régionalisation du neurectoderme présomptif se sont donc réalisés, même en l'absence de mésoderme sous-jacent. Des signaux inducteurs tangentiels, émis par les cellules de l'organisateur de Spemann avant que ne commence leur invagination, et diffusant dans le plan de l'ectoderme (induction planaire), semblent donc suffisants dans certaines conditions expérimentales pour permettre aux cellules ectodermiques dorsales de constituer un tube neural régionalisé
Une action synergique de signaux verticaux et planaires est probablement nécessaire à l'induction et à la régionalisation neurale (fig. 12c).




FIG 12d



3.2 Certains gènes exprimé par le mésoderme dorsal codent des signaux de l'induction neurale

Le gène noggin code un inducteur neural
Le gène zygotique noggin, transcrit et traduit dans l'organisateur de Spemann en réponse à l'induction mésodermique, puis dans le mésoderme précordal et cordal, code une protéine diffusible impliqué d'abord dans la «dorsalisation » du mésoderme induit, puis dans l'induction neurale. En effet, en l'absence de mésoderme, l'incubation d-'ectoderme de blastula ou de gastrula en présence de protéine Noggin purifié conduit à la formation de tissus neuraux antérieurs. Cette protéine déclenche la synthèse de protéines spécifiques du .;tissu nerveux (ex : N-CAM : neural-cell adhesion molecule) dans des cellules ectodermiques de blastula âgée.

Le gène de la Follistatine code un inducteur neural qui agirait en inhibant l'Activine Le blocage in vivo de l'effet de l'Activine (par injection dans un œuf de xénope d'ARNm codant un récepteur de l'Activine délété de son domaine à activité kinase) permet à un explant d'épiderme présomptif d'embryon injecté de former du tissu neural. L'activine exercerait donc un frein sur l'induction neurale. Ce frein doit être levé par un inhibiteur de l'Activine. La Follistatine, dont le gène est exprimé dans les cellules de l'organisateur de Spemann, puis dans le mésoderme précordal et cordal antérieur, est une protéine sécrété antagoniste de l'Activine. Un explant de neurectoderme présomptif surexprimant le gène de la Follistatine se différencie en structures neurales antérieures en l'absence de mésoderme sous-jacent. La Follistatine est donc un inducteur de tissu neural antérieur, qui agirait en levant l'inhibition exercé par l'Activine.

Un modèle d'induction neurale en deux étapes
La présence de Noggin et de FGFb induit l'ectoderme in vitro à former des tissus neuraux postérieurs. Les protéines Noggin et Follistatine ne sont pas les seules à participer à l'induction neurale. Elles ne sont en effet pas impliqués dans la formation des territoires neuraux postérieurs. Nieuwkoop a suggéré un modèle de l'induction neurale en deux phases : une première phase dite d'activation permettrait à l'ensemble de l'ectoderme d'acquérir des caractéristiques neurales de type antérieur ; une seconde phase dite de transformation serait due à un inducteur réparti selon un gradient décroissant à partir du pôle postérieur de l'embryon. Ce signal inducteur transformerait les territoires antérieurs du neurectoderme en structures neurales de plus en plus postérieures le long de l'axe embryonnaire.

3.3 Certains gènes exprimé dans l'ectoderme induit en réponse aux inducteurs neuraux codent des facteurs de transcription

- Gène XASH3 et compétence de l'ectoderme vis-à-vis des inducteurs neuraux
La compétence de l'ectoderme évolue
La capacité d'un territoire embryonnaire à s'engager dans une voie de différenciation en réponse à un signal inducteur est appelé compétence du tissu cible. Ce n'est qu'au début de la gastrulation que l'ectoderme acquiert cette compétence, l'ectoderme ventral étant cependant moins compétent que l'ectoderme dorsal vis-à-vis des inducteurs neuraux. L'influence des signaux «dorsalisants » émis par le centre de Nieuwkoop lors de l'induction du mésoderme dorsal pourrait expliquer cette différence de compétence des territoires ectodermiques. La compétence de l'ectoderme évolue également au cours du temps. Ainsi, le neurectoderme présomptif d'une jeune gastrula perd progressivement sa capacité à former des structures neurales. Notons que l'acquisition de la compétence est associée à l'expression de gènes spécifiques dans le tissu cible.
Le gène XASH3 serait impliqué dans le contrôle de la compétence de l'ectoderme vis-à-vis des inducteurs neuraux. Ce gène est exprimé dans le neurectoderme présomptif lors de la gastrulation. Son expression ectopique dans l'ectoderme entraîne, sous l'influence d'inducteurs neuraux, un développement excessif de tissu neural au détriment des formations épidermiques. Le gène XASH3 code un facteur de transcription contenant un motif hélice-boucle-hélice , de dimérisation et un domaine basique de fixation à l'ADN. il est apparenté aux gènes proneuraux du complexe Achaete-Scute de la drosophile, lesquels interviennent également dans la formation de cellules neurales.

- Les gènes homéotiques XHox
Les gènes XHox3 et XHox6
En réponse aux' inducteurs neuraux, le neurectoderme exprime des gènes spécifiques de cellules neurales, tels que le gène codant les molécules membranaires d'adhésion (N-CAM) et des gènes homéotiques (gènes XHox : Xenopus homeobox). Ainsi, l'ectoderme dorsal d'une jeune gastrula induit par le mésoderme dorsal exprime fortement les gènes XHox3 et XHox6. Notons que dans les expériences d'exogastrulation, les cellules ectodermiques situés à proximité du mésoderme dorsal non invaginé expriment le gène XHox3, contrairement aux cellules ectodermiques qui en sont le plus éloignés. Le facteur inducteur neural activant l'expression du gène Hox3 serait donc ici un signal tangentiel. L'expression ectopique des gènes homéotiques XHox3 et XHox6 perturbe l'organisation antéro-postérieure de l'embryon et notamment la neurulation. Ainsi, l'injection d'ARNm XHox3 dans les blastomères animaux en début de segmentation va provoquer sa sur expression dans la région antérieure de l'embryon, et par suite l'absence de formation céphalique. Les gènes Hox3 et Hox6 ne sont exprimés que par les cellules ectodermiques compétentes et induites par les inducteurs neuraux, alors que le mésoderme dorsal ou les cellules ectodermiques ventrales ne les expriment pas. Ces gènes sont exprimés ensuite dans les cellules de la plaque neurale puis du tube neural. Notons que le niveau d'expression de ces homéogènes varie selon l'axe antéro-postérieur. Ainsi, le gène XHox3 présente un gradient décroissant postéro-antérieur.
La logique d'expression des gènes homéotiques XHox (fig 13)
Les gènes Hox codent des facteurs de transcription à homéodomaine, capables de contrôler la transcription d'autres gènes, ce qui leur permet d'établir la polarité antéro-postérieure des axes embryonnaires (mésoderme axial et tube neural). Les gènes Hox respectent le principe de colinéarité dans l'espace, c'est-à dire que les gènes situé le plus en 3' du chromosome ont leur limite antérieure d'expression dans la région la plus céphalique. Ils respectent également le principe de colinéarité dans le temps, c'est-à dire que les gènes exprimé dans la région antérieure de l'embryon sont aussi ceux qui sont exprimé les premiers. L'acide rétinoïque provoque une sur expression des gènes XHox et ce sont les gènes situé en 3' du chromosome qui y sont le plus sensibles. L'acide rétinoïque libéré par l'organisateur de Spemann est une substance morphogénétique qui participerait à la régionalisation antéro-postérieure de l'embryon. Lors des processus induits par l'organisateur de Spemann, une quantité variable d'acide rétinoïque entrerait dans les cellules axiales, suivant leur position selon l'axe céphalo-caudal, ce qui activerait de façon sélective divers gènes homéotiques.


FIG 13



RETOUR

4. CONCLUSION


Le modèle privilégié que constitue le xénope a permis de réaliser des progrès considérables dans l'approche moléculaire de la biologie du développement. précoce, en particulier de mieux cerner la part revenaNt à l'induction initiale maternelle par rapport au déclenchement plus tardif de l'expression zygotique.

Avec l'utilisation d'autres modèles animaux, tels que le poisson-zèbre et la souris (chez lesquels des études génétiques sont possibles mais ne sont pas encore autant développées), la compréhension des mécanismes génétiques contrôlant le développement embryonnaire précoce des vertébrés ne cesse d'évoluer.

Certaines publications présentées en séminaire, ainsi que les annexes fournirs avec ce document invitent à approfondir sa formation personnelle, sur un domaine où la connaissance évolue très rapidement.

RETOUR

 

#